8 octobre 2018

Quelle est la différence entre boulimie et anorexie ?


La boulimie et l’anorexie sont des troubles alimentaires graves. S’ils existent depuis longtemps, ils sont sortis de l’ombre depuis quelques années du fait de l’augmentation des cas chez les jeunes adolescentes, fortement influencées par l’image de la femme parfaite véhiculée par de trop nombreux médias. Découvrons ensemble la différence entre ces deux dérèglements alimentaires.



Caractérisées par des problèmes psychologiques graves, ces pathologies touchent les deux sexes. Mais statistiquement, ce sont des adolescentes obsédées par le contrôle de leur poids qui en souffrent le plus. Motivées par un fort degré d’auto-exigence, d’insécurité et une faible estime de soi, les boulimiques et anorexiques ont un regard faussé sur leur corps.

La boulimie

Peu sûr d’elles-même, les boulimiques ressentent un vide en elles, qu’elles tentent de combler avec des aliments de toutes sortes et de manière compulsive : manger rapidement le plus possible ! Comme pour un alcoolique, il n’y a aucune maîtrise face à l’aliment. Mais lorsque le corps ne peut plus rien ingurgiter, il y a alors une prise de conscience de la personne qui, par regret et culpabilité, va chercher tous les moyens de vider ce surplus d’aliments : vomissements, laxatifs, exercices physiques excessifs, régimes en tous genres.

L’anorexie

Les anorexiques sont obsédées par la minceur. Se voyant toujours trop grosses, elles s’astreignent à des régimes voire, refusent de s’alimenter. Peu sûr d’elles-mêmes, maîtriser leur poids leur donne une sensation de force telle que la privation devient un plaisir et se nourrir, un calvaire. Dans les cas sévères, une personne anorexique, bien que sous-alimentée, peut aussi utiliser des laxatifs, des coupe-faim ou se faire vomir.

Il est donc difficile de différencier boulimie et anorexie car les symptômes extérieurs sont très proches. C’est surtout la manière dont les personnes justifient leur comportement qui permet d’identifier l’un ou l’autre de ces deux troubles.